« Nul ne peut revendiquer sa propre turpitude », acceptent les vrais responsables.

Partagez:

« Nul ne peut revendiquer sa propre turpitude », acceptent les vrais responsables.

Dans un article intitulé « Dieu n’est pas une entreprise », qui a été publié dans les journaux et est disponible sur Google, j’ai mis en garde contre la religiosité répandue dans notre pays. Dans une récente interview avec un de mes aînés, je lui ai essentiellement dit que parce que notre génération a porté la responsabilité générationnelle de dépraver notre pays, nous, les adultes, avons le devoir générationnel de le reprendre, sinon notre génération devra se suicider collectivement dans afin de ne plus polluer la terre.
Dire que la nation est dans une situation difficile est un euphémisme, et le pays est indéniablement à la croisée des chemins.

Il est insondable que ce soit le moment où certains de ses rejetons aient choisi d’enfoncer un clou dans un corpus social déjà abîmé.
Quelle est leur véritable motivation ? De plus, nous savons que toute religion est fondée sur un fondement irréductible, qui est d’aimer Dieu (1) et son prochain comme soi-même (2). Notre gouvernement a fait de la religion une industrie rentable. Sinon, si la vraie religion avait profité de la sincérité des croyants, la nation ne serait pas dans ce pétrin.
Pendant des décennies, nous avons été gouvernés par un système dans lequel les vrais « maîtres » sont les gardiens des préceptes religieux qui peuvent manipuler les « princes et leurs partisans » à leur guise.
Les historiens étudieront seuls ce chapitre tragique de notre histoire.
Louez Dieu que cet épisode se termine sur le respect de l’expression collective, qui a fait défaut dans le passé car certains s’emploient à faire de leurs concitoyens des citoyens de seconde zone. Le moment est venu d’être direct. Qui est-ce qui a renversé la nation ? Parce que personne ne peut profiter de sa propre turpitude, l’histoire fera rage tant que Dieu sera maître du temps et des circonstances.
La réalité est que beaucoup trop de cœurs de nos concitoyens ne sont pas en Dieu, qu’ils adorent, mais plutôt en paroles.
En termes de responsabilité collective, le réalisme nécessite de différencier les responsables par commission et les responsables par omission. Les absents ont-ils eu le recul nécessaire pour donner une direction plus humaine ? non ils ne l’ont pas fait.
Il est inexcusable que ceux-ci et leurs associés aient l’audace de continuer à narguer le peuple dans leur rhétorique de diversion après avoir causé tout le mal dont ils ont connaissance et en toute impunité jusqu’à présent.
Ces gens comprennent et apprennent maintenant suffisamment. Malheureusement, l’hypocrisie et la malhonnêteté religieuse ont triomphé dans notre société. Heureusement, des chefs religieux et des individus anonymes se tiennent comme des sentinelles et dans la brèche, bloquant la route pour ceux qui prient effrontément et désirent des troubles dans la nation. Merci, mon Dieu, que cela n’arrivera pas à cause des prières et des bénédictions de certains dirigeants et de beaucoup d’autres qui se soucient du Mali.

Le Mali, nation de culture et de valeurs séculaires, héritière d’anciens empires, est un lieu béni par Dieu qui a exaucé les prières de nos ancêtres pour que le pays puisse se tenir debout malgré les nombreuses attaques et vicissitudes.
Notre enjeu fondamental se résume à la conjugaison du binôme « Leadership-foi », le premier défi étant le Leadership. Certains de nos dirigeants se sont écartés des préceptes de leurs maîtres spirituels.
C’est là où nous en sommes actuellement.
Ces orientations de maîtres spirituels ont eu plus d’échos que de productions intellectuelles dont la pertinence pourrait être démontrée. Au lieu de gouverner selon les principes et les règles qui s’imposent, nous nous sommes lancés dans la quête d’une alchimie de la gouvernance.
Je pense à l’étude « Mali Prospective 2025 » qui prévoyait un scénario cauchemardesque, à savoir la montée en puissance des djihadistes et la victoire de l’extrémisme islamique si rien n’était fait. Quelles mesures nos dirigeants ont-ils prises ? Combien de papiers vitaux se trouvent dans les tiroirs du bureau, comme ce document précieux, et pour lequel le gouvernement a englouti de grandes quantités sans profit ?
La diversité religieuse du Mali doit être considérée comme une opportunité. Cependant, c’est une source de tension qui ne peut être gérée que par un leadership responsable et avisé.
Seul un homme ou une femme prêt à faire le sacrifice ultime devrait occuper la plus haute fonction dans notre pays. Cet homme ou cette femme doit se libérer des chaînes qui nous ont retenus jusqu’à présent.

Que le Ciel nous l’accorde pour la rédemption de notre nation et le plaisir de nos enfants, qui ne sont pas fiers de nous en ce moment.
Avons-nous la vision nationale nécessaire pour aborder le problème de cette fiducie hypothéquée avant de leur passer le relais ?

Que Dieu aide le Mali.

SourceMalijet

4

Partagez:

« Nul ne peut revendiquer sa propre turpitude », acceptent les vrais responsables.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires