L’Office du Niger prévoit 800 000 tonnes de riz.

Partagez:

L’Office du Niger prévoit 800 000 tonnes de riz.

Sur une prévision de 900 000 tonnes de riz paddy, les zones de production de l’Office du Niger (Kolongo, Ké-Macina, Niono, Molodo, N’Débougou, Kouroumari et M’Bewani) devraient produire 800 000 tonnes de riz d’ici la fin de la campagne 2022-2023 sur plus de 115 000 hectares.

Mercredi dernier, Bamoye Keita, directeur de l’informatique, de la planification et des statistiques à l’Office du Niger, a fait cette annonce. Lors d’une tournée dans les zones de production de M’Bewani, N’Débougou, Niono et Kouroumari, accompagné du directeur général (PDG) de l’Office du Niger, Abdel Karim Konaté, et de ses plus proches alliés, il a pris la parole.

Il démontre que les opérations agricoles ont été conduites selon le calendrier agricole. De Niono à N’Débougou, Kouroumari et M’Bewani, la récolte et le battage du riz battent leur plein. Le développement des pépinières maraîchères a commencé.

La campagne agricole a été mise à mal par la présence de quelques cellules latentes de forces maléfiques dans certaines zones de production et le retard dans l’approvisionnement des agriculteurs en engrais subventionnés.

La phase initiale de cette visite de terrain a porté sur la région productrice de M’Bewani. Abdel Karim Konaté, directeur général de l’Office du Niger, et son groupe ont visité les rizières de Seydou Coulibaly et Issouf Diarra avant d’observer la récolte et le battage du riz.

2,27 hectares sont consacrés à la culture du cultivar Gambiaka par Seydou Coulibaly. Le visage illuminé d’un sourire, il savoure le temps présent et exprime sa satisfaction face à l’environnement ambiant. « Il y a eu des précipitations cette année. La coopération des forces armées et de sécurité nous a permis de fonctionner sans aucun souci de sécurité. Seydou Coulibaly a déclaré : « Je n’ai rencontré aucun obstacle significatif tout au long de cette campagne ».

L’équipe s’est ensuite rendue à Ringande, une communauté de la zone de production de N’Débougou, après avoir quitté M’Bewani. Elle a visité la rizière de Djénéba Ouédraogo pendant qu’elle s’y trouvait. Cet agriculteur cultive 2,1397 hectares de type Kogoni 91-1.

Son riz est prêt à être récolté. Sa médaille de l’Ordre du mérite agricole en poche, Djénéba Ouédraogo se félicite de l’évolution de la récolte et vise une production de 8 tonnes de riz à l’acre.

A quelques mètres du champ de Djénéba Ouédraogo, sous une chaleur torride, de nombreux hommes et femmes s’affairaient autour de la batteuse (batteuse). Un autre agriculteur que nous avons visité, Souleymane Zango, prévoit de produire 50 sacs de riz paddy par acre malgré le retard dans la livraison des engrais.

Selon le chef de zone de Kouroumari, les Forces armées et de sécurité ont permis une augmentation du taux de culture de 71% à 89% pour la campagne agricole 2021-2022. Salif Ouédraogo a raconté qu’à la même période l’année dernière, des inconnus armés ont altéré l’activité agricole.

Cette année, nous a-t-il dit, les activités de récolte et de battage progressent régulièrement grâce à la présence des patrouilles de l’armée. Et le directeur de la zone de Kouroumari a déclaré que les paysans sont satisfaits des résultats, notamment de l’encadrement technique qui permet désormais de suivre et de conseiller les planteurs.

Lors de la visite de la délégation dans la région productrice de Niono, de nombreux agriculteurs étaient en pleine récolte. C’est le cas de Souleymane Dembélé, qui cultive du riz sur une parcelle de 10,13 hectares.

Souleymane Dembélé a déclaré : « La campagne agricole de cette année a été un succès et nous sommes actuellement en pleine récolte de riz. Cependant, il a déploré le fait que certains agriculteurs n’aient pas pu planter en raison de l’insécurité cette année. Il a relevé les efforts des FAMa et de la Transition pour améliorer le bien-être des acteurs du monde rural.

Après la récolte et le battage du riz, le directeur de l’assistance au monde rural a révélé que la gestion de la production destinée à l’autoconsommation et à la vente restait une difficulté importante. Djimé Sidibéra indique que la surveillance a permis de sensibiliser les agriculteurs au niveau du village, de l’assemblée et des exploitations familiales afin de résoudre ce problème.

Parallèlement à cette visite, le directeur général de l’Office du Niger s’est rendu sur le site du projet N’Débougou IV, qui est financé par la Banque allemande de développement (KFW) et coûtera environ 30 milliards de FCFA.

Selon Tidiane Traoré, directeur de l’aménagement et de la gestion foncière à l’Office du Niger, ce projet prévoit non seulement la réhabilitation de la parcelle de N’Débougou de 4 200 hectares, mais aussi le renforcement des capacités des agriculteurs et l’installation de mini rizeries.

Selon le responsable de l’aménagement et de la gestion foncière à l’Office du Niger, le lancement des appels d’offres pour l’ensemble des projets est prévu pour décembre 2022.

 

5

Partagez:

L’Office du Niger prévoit 800 000 tonnes de riz.