Les inquiétudes autour de l’assurance maladie obligatoire tournent autour de la prescription rationnelle et de la lutte contre la fraude.

Partagez:

Les inquiétudes autour de l’assurance maladie obligatoire tournent autour de la prescription rationnelle et de la lutte contre la fraude.

Ce jeudi 17 novembre 2022, CANAM a organisé des ateliers de sensibilisation sur la prescription rationnelle et la lutte contre la fraude à Bamako (dans la Salle des Banquets du Centre International de Conférences de Bamako), Kayes (dans la Halle du Commerce et de l’Industrie), Koulikoro (au Centre Mary Delhez), Sikasso (à l’Hôtel Massa), Ségou (à la Halle des Métiers), Mopti (au Centre Jean Bosco), et Tombouctou

Ces séminaires avaient notamment pour objectifs de sensibiliser et d’éclairer les prescripteurs sur la prescription rationnelle et la lutte contre la fraude, ainsi que de rappeler les normes de prescription rationnelle, d’éthique et de déontologie.

Les régionaux ont suivi ces ateliers par une visioconférence.

M. Souleymane Traoré, Conseiller Technique du Ministre de la Santé et du Développement Social, a présidé la cérémonie d’ouverture de l’atelier à Bamako.

Il a félicité la direction générale de CANAM et l’ensemble des partenaires impliqués pour le choix de cet enjeu extrêmement important lié à la rationalisation des médicaments ainsi qu’à la lutte contre la fraude aux AMO.

Selon M. Traoré, on estime que plus de la moitié de tous les produits pharmaceutiques prescrits, délivrés ou commercialisés dans le monde sont illogiques.

Il a déclaré qu’au Mali, l’usage inapproprié et abusif de médicaments est un gaspillage de ressources qui cause des dommages importants au patient sous la forme de mauvais résultats et de mauvaises réponses aux médicaments.

« Sans aucun doute, cette approche entraîne un manque à gagner important pour CANAM », dit-il.

Le directeur général de CANAM, le docteur général de brigade Boubacar Dembélé, a déclaré que la prescription rationnelle et la lutte contre la fraude sont des priorités absolues pour CANAM et ses partenaires.
« Cause suffisante pour que le comité de direction de CANAM inscrive cet atelier au programme des activités en règle, sur consigne du conseil d’administration. »

Il précise que l’atelier actuel, qui réunit l’ensemble des acteurs concernés, en premier lieu les prescripteurs, permettrait d’une part de rappeler les normes de prescription rationnelle, d’éthique et de déontologie, et d’autre part d’alerter les prescripteurs sur les cas de fraude.

Selon les résultats d’une recherche actuarielle menée par CANAM en décembre 2014, le poids des médicaments dans les dépenses du régime AMO est d’environ 80 %.

« Le poids des médicaments dans les paiements des soins de santé ne doit pas dépasser 50 % des dépenses totales pour qu’un programme d’assurance maladie soit réalisable et durable. »

Concernant la fraude à l’AMO, il a déclaré que CANAM a découvert de multiples incidents de fraude provenant, entre autres, d’une mauvaise utilisation des ordonnances et d’une ordonnance complaisante.

« Ce type de fraude pose des défis importants aux prescripteurs en termes de responsabilité médicale, de prescription rationnelle, d’éthique et de déontologie. »

Il en a profité pour féliciter et remercier tous les participants pour leur engagement et leur disponibilité à soutenir et accompagner CANAM.

2

Partagez:

Les inquiétudes autour de l’assurance maladie obligatoire tournent autour de la prescription rationnelle et de la lutte contre la fraude.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires