Durant cette transition, la lutte contre la corruption n’est qu’un spectacle.

Partagez:

Amina Soumaré s’exprime également sur le cas des 49 soldats/mercenaires ivoiriens, ainsi que sur la lutte de l’Autorité de transition contre la corruption et la délinquance financière. Au vu des actes posés jusqu’ici, notre interlocuteur qualifie ce vœu de canard.
Sinon, « allez au Liberté si vous voulez lutter contre la corruption au Mali ». Une école à Bamako avec plus de 1 000 élèves, dont 50 % de Maliens et la majorité sont des fils de fonctionnaires, avec des frais de scolarité de 2 500 000 FCFA, soit 733 000 chaque trimestre… », avoue-t-elle. Époustouflant !

Mali, comment vas-tu aujourd’hui ?

Amina Soumaré : Je me comporte à la manière de la plupart des Maliens. Parce que de nos jours, lorsque votre téléphone sonne, vous vérifiez qui appelle pour voir si vous devez lui envoyer de l’argent.
Aussi, si vous téléphonez, vous avez une appréhension car vous ne savez pas si la personne au bout du fil va décrocher car vous avez peur de lui demander de l’argent. Pour résumer, la vie dans ce pays est devenue de plus en plus dure.
Je suis donc au même niveau que tout le monde dans cette situation difficile.

On vous voit rarement mentionné dans la presse. Pourquoi?

Depuis l’année dernière, j’ai été contraint de ne pas me dévoiler complètement car, comme vous le savez, j’étais la seule partie civile à avoir demandé que justice soit faite lors des poursuites contre Amadou Aya Sanogo.
Dans mon cas, nous sommes en Afrique, à savoir au Mali, où admettre publiquement avoir été violé est mal vu. Ainsi, lorsque j’ai exposé cela, j’ai été la cible de multiples cas d’insultes par e-mail, SMS et téléphone.
Je suis revenu à ce que je fais le mieux ces temps-ci : l’entrepreneuriat.
Par ailleurs, je suis en train de mettre en place un réseau sophistiqué de boucherie mobile au Mali, avec l’ouverture du premier magasin en décembre devant le magasin Mille et une Merveilles à Hamdallaye ACI 2000.

La CNT vient de voter une nouvelle loi qui prévoit des indemnisations pour les victimes de catastrophes naturelles.
Comment voyez-vous ce journal victime de la crise de 2012 ?

Tout d’abord, je suis ravi que ce texte ait été adopté.
Souvenez-vous, lorsque le premier groupe de 121 membres de la CNT s’est formé, j’ai posé ma candidature, et il était très évident dans ma lettre de motivation que je voulais m’asseoir pour me battre afin que cette loi soit approuvée.
Je remercie les membres de la CNT et de l’équipe de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) pour leurs efforts inlassables au fil des ans.
Comme vous le savez, la CVJR est en place depuis 2014, et l’une de ses missions est d’enregistrer les victimes et de tenir des audiences publiques.
Cependant, la manière dont ces audiences se déroulent m’irrite.
Car la Commission Vérité et Justice ne peut pas simplement faire venir des victimes, les écouter et les faire pleurer alors que les bourreaux qui ont commis ces atrocités ne sont pas là. Certes, il est difficile pour toutes les victimes de reconnaître leurs bourreaux, mais les bourreaux doivent être présents devant leurs victimes pour que le pardon soit authentique.
A titre d’exemple, je fais partie des victimes de 2012. L’année dernière, j’ai identifié les deux types qui sont partis pour m’enlever de chez moi à Missabougou, plus précisément les militaires Tangara et Keita.
D’autres personnes encore en vie, comme l’ancien ministre Dramane Dembélé, N’Tji Diawara, l’ancien député Bagagnoa Cissé, l’ancien ministre Moustaph Dicko et le professeur Dioncounda Traoré, pourront contribuer à faire éclater la vérité sur ma situation.
Donc, si nous parlons de réconciliation, de vérité et de justice, toutes ces belles personnes devraient témoigner publiquement, ce qui permettrait aux coupables de reconnaître plus facilement leur erreur.
À ce stade, le but de l’audience publique sera de faire venir des femmes qui ont été violées et de les faire pleurer devant le peuple.

En ce qui concerne ce projet de loi, je suis vraiment fier de son adoption. Cependant, même si le concept était porté par le département de la réconciliation, je préférerais que l’exécution ne revienne pas au même département, qui, à mon avis, est dirigé par un ministre incompétent qui, depuis sa nomination jusqu’à présent, a été incapable de réconcilier ses frères maliens.
Une autre source de préoccupation pour moi est que les fonds alloués aux victimes de ces crises sont détournés par ce ministère à d’autres fins.

Qu’attendiez-vous de cette loi ? Cherchez-vous une restitution monétaire, morale ou légale?

Personnellement, je doute qu’il y ait assez d’argent pour réparer ce qui m’est arrivé.

C’est-à-dire

Ce qui m’est arrivé était si grave que j’ai subi une intervention chirurgicale le 17 mai 2022 pour une réparation péridurale suite à mon viol.
En tant que Soninké, j’ai été obligée d’aller au-delà des totems et d’admettre publiquement que j’avais été violée et que mon honneur et ma dignité avaient été souillés.

De 2012 à aujourd’hui, j’ai dépensé beaucoup d’argent pour des hospitalisations à la clinique Pasteur, à l’hôpital Gabriel Touré, à l’hôpital Lincoln à New York, aux États-Unis, une clinique à Paris, et à l’hôpital Roi Mohamed V au Maroc.
Pour être honnête, c’était la justice qui m’aurait remonté le moral; la vérité aurait pu m’aider plus que l’argent.

Considérons également le cas du ministre de l’Éducation nationale de Moussa Traoré, saisi à l’hôpital Gabriel Touré lors des événements de 1991 et brûlé au Rond Point ; quelle incitation financière peut-on donner à sa famille pour les soulager ?
Je connais une de ses filles qui s’est battue pendant des années dans la douleur et a étudié pendant longtemps ; Je ne sais pas combien d’argent peut être fourni aujourd’hui pour compenser la douleur que traverse sa famille.
Alors que sa famille voulait seulement savoir comment et qui était entré à l’hôpital Gabriel Touré pour kidnapper un malade et le faire sortir pour être assassiné.

Je sais aussi que plus de 28 000 victimes ont été enregistrées à la CVJR à ce jour, dont plus de la moitié sont des femmes.
Ce qui m’est arrivé en 2012 est arrivé à d’autres femmes aussi.
Et le chef du Haut Conseil islamique, Chérif Ousmane Madani Haidara, a tenu des propos dans son sermon lors du Maouloud l’autre jour qui devraient certainement donner matière à réflexion.
Parce qu’il a déclaré qu’un pouvoir peut régner dans la dictature, la manipulation et la folie, mais il a également déclaré que lorsqu’un pouvoir mène une injustice totale, il fera face à la sanction divine.

Les gens négligent ou ignorent l’ampleur des actes humiliants commis contre les femmes tout au long de ces situations.
Si vous ne l’avez pas remarqué, le Mali est dans cet état depuis 2012. Je ne dis pas que c’est à cause de nous, les femmes victimes, mais la situation du pays demande réflexion.
À mon avis, malgré les atrocités dont j’ai été témoin depuis 2012, je n’ai jamais été entendu. Croyez-vous que le Seigneur restera indifférent à cette situation ?

À combien pouvons-nous prévoir vos frais d’hospitalisation ?

Non, je ne peux pas l’estimer.
En outre, la loi stipule que les procédures en cours ne seront pas affectées par la loi sur l’indemnisation.

C’est-à-dire

Ah, je ne suis pas sûr de ce que la loi veut dire par là ; c’est aux autorités de clarifier; Je n’ai lu la législation que dans la presse. Sinon, je n’ai jamais pris un sou et on ne m’a jamais offert un sou en compensation dans le passé.

Qui était responsable de votre bien-être ?

Depuis 2012, je suis en charge de mes médicaments, et ma dernière intervention est prévue pour mai 2022.
De plus, le médecin a accepté de le faire filmer et photographier.

Vous avez fait une demande de CNT ; avez-vous été choisi parmi la liste additive cette fois ?

Non, malgré le fait que mon nom ait été déposé par deux faîtières importantes, le Conseil National de la Société Civile du Mali, dirigé par Boureima Allaye Touré, et la Fédération des Associations des Femmes Commerçantes et Entrepreneures du Mali. Je n’ai pas protesté car cette liste additive devrait remédier à l’imprécision des violations de clés de répartition détectées lors de la constitution des membres initiaux, à savoir les 121.
Cependant, les mêmes erreurs ont été répétées, entraînant la démission du président du HCIM, Chérif Ousmane Madani Haidara, pour protester contre l’omission de leurs idées sur la liste.
Malgré quelques déceptions et trahisons dans des opérations ponctuelles, force est de constater que ces guerriers travaillent.
Sinon, personne ne peut nier l’importance du Conseil national de la société civile du Mali, qui existe depuis plusieurs années, et de la fédération des femmes commerçantes, qui existe depuis plus de dix ans.
On a même vu, lors de la création de l’AIGE, un représentant du Forsat civil, fédération fondée le 22 juin 2022, à peine 4 mois plus tôt.
Alors, à quoi bon se fatiguer, se ridiculiser ou parler si on ne va pas dans le sens de l’inclusivité ? Je suis sûr qu’aucun homme ne peut faire la vie d’une nation. Vous finissez votre phrase puis vous partez.

Que pensez-vous de l’incarcération de militaires ivoiriens qualifiés de mercenaires par les autorités maliennes ?

C’est un sujet vraiment délicat et malheureux. Des chefs d’État sont intervenus pour obtenir leur libération, et il y a eu des médiations à tous les niveaux. J’ai récemment observé des groupes politiques en discuter. Sur ce point, je peux vous promettre que si la MINUSMA avait pris ses responsabilités en disant la vérité 48 heures après cette arrestation, nous ne serions pas là aujourd’hui.
Car, au niveau de la MINUSMA, même un contrat de base d’un consultant au chauffeur est protégé par un numéro d’identification (index registration) fourni aux employés par New York.
Tous les agents sont identifiés et rémunérés sur la base de ce numéro d’indice.

Donc vous pensez qu’il y a des zones grises dans cette affaire ?

Le secrétaire général de l’ONU a déclaré qu’il ne s’agissait pas de mercenaires et, par conséquent, le porte-parole de la MINUSMA a été expulsé.
S’ils venaient chercher la Minusma, c’est simple : elle pourrait publier automatiquement les matricules de chaque militaire dans la presse locale ou mondiale, et tout Malien ou Ivoirien pourrait rejoindre le site de la Minusma pour vérification.

Donc ces soldats n’avaient pas de numéro d’index ?

En tout cas, si la Minusma est certaine que ces militaires sont seuls, qu’est-ce qui l’empêche de diffuser dans la presse les noms, prénoms et numéros d’identification de chacun de ces individus ? Rien ne peut les arrêter.
Cependant, si la MINUSMA n’est pas en mesure de le faire, cela signifie qu’elle n’est pas arrivée par ses propres moyens. La MINUSMA était en faute dès le départ dans l’affaire des 49 militaires ivoiriens.
Et dans ce cas, les peuples malien et ivoirien exigent la vérité.
Nous espérons que la vérité sortira maintenant que la question est devant les tribunaux, car même si la Côte d’Ivoire est un pays ami et frère, c’est la vérité qui aide à améliorer les relations.
Car il est communément admis que la sincérité et la vérité favorisent l’amitié.
Parce que c’est elle qui a semé l’incertitude avec sa note verbale, j’aurais aimé que la MINUSMA divulgue les matricules de chaque membre de cette délégation.

En tant que membre de la société civile, que pensez-vous de la lutte contre la corruption pendant cette Transition ?

Je crois que combattre la corruption tout au long de la transition sans mentir est un mythe. Car ce que fait la transition dans ce domaine n’est que cosmétique.
Allez à l’école Liberté A à Bamako si vous souhaitez lutter contre la corruption au Mali.
Il y a environ 1000 étudiants, dont 50% sont des enfants de Maliens et le reste des fils de travailleurs civils.
Mon enfant y fréquente; les frais de scolarité sont de 2 500 000 FCFA, soit 733 000 par trimestre ; même un secrétaire général d’un ministère ne gagne pas autant.
Cependant, deux ou trois enfants d’un même fonctionnaire, DFM, chargés de mission, anciens premiers ministres et ministres, fréquentent l’école Liberty A.
Autre constat important aujourd’hui, le Canada est devenu une destination pour les enfants des cadres administratifs qui louent ou achètent des appartements pour leurs fils.
Alors, d’où vient cet argent quand un fonctionnaire qui ne gagne pas 500 000 F a deux ou trois enfants qui ont 2 500 000 F de frais de scolarité ? C’est corrompu; sinon, je peux vous promettre que rien n’a changé en termes d’attribution des contrats, et les choses se sont aggravées…

Donc, à mon avis, nous n’avons pas abordé par où nous aurions dû commencer dans la lutte contre la corruption.
J’ai également omis de mentionner qu’à Liberté A, plus la classe de l’enfant est élevée, plus il est scolarisé, car le ministère de l’Éducation n’est pas représenté au conseil d’administration.
Cela donne à l’Ecole Liberté A un budget de 3 milliards 347 millions de FCFA pour 2021.
Étonnamment, les cadres maliens qui paient cette école pour leurs enfants refusent d’augmenter le salaire des enseignants maliens, prenant ainsi en otage l’école publique.
C’est une honte terrible.

Votre dernière pensée

Je félicite les militaires pour leur triomphe dans la lutte contre les terroristes, et j’exhorte le président Assimi Goita et son équipe à faire de l’inclusivité qu’ils prêchent à la télévision une réalité dans les faits et les actes, car le pays a besoin de tous ses fils, quelle que soit leur orientation politique, position religieuse ou sociale.
Je demande également la transparence dans l’administration des affaires publiques, ainsi que l’engagement et la sincérité envers le peuple.

19

Partagez:

Durant cette transition, la lutte contre la corruption n’est qu’un spectacle.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires