Dix choses à savoir sur l’influent prédicateur malikite Chérif Ousmane Madani Hadara du Mali

Partagez:

Dix choses à savoir sur l’influent prédicateur malikite Chérif Ousmane Madani Hadara du Mali

Au Mali et dans toute l’Afrique de l’Ouest, l’un des orateurs les plus vénérés est le président du Haut Conseil islamique (HCI). Il a rassemblé des dizaines de milliers de partisans pour protester contre le blasphème en novembre.

DIX CHOSES À SAVOIR – Depuis les manifestations réclamant le retrait des soldats français ou, il y a plus de deux ans, les manifestations massives réclamant la démission d’Ibrahim Boubacar Keita, on n’avait pas assisté à une telle mobilisation à Bamako. Le 4 novembre, à Bamako, des dizaines de milliers de fidèles ont foulé le trottoir du boulevard de l’Indépendance. Dire « non au blasphème » est une protestation contre le blasphème plutôt que contre des personnalités politiques ou militaires.

L’initiateur de la mobilisation est Chérif Ousmane Madani Hadara, indigné par la diffusion d’une vidéo d’un homme marchant sur le Coran. une démonstration de force pour ce représentant du malékisme, qui a succédé à l’imam Dicko à la tête du HCI (Haut Conseil islamique) en 2019.

1. Ansar Dine 
Chérif Ousmane Madani Hadara, né en 1955 dans la ville de Tamani dans la région de Ségou, a créé l’organisation islamique Ançar Dine en 1991. Le nom de l’organisation se traduit par « défenseurs de la foi » en arabe.

Le groupe revendique plus d’un million d’adhérents et est principalement présent au Mali, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. Elle est également présente dans vingt autres pays. Ançar Dine compte 100 000 membres qui ont pris le gage et versent à l’association, si l’on en croit le nombre de ses adhérents.

2. Dîner non Ansar
Iyad ag Ghali, un djihadiste malien, a fondé en 2012 une organisation armée liée à Al-Qaïda, qu’il a également appelée Ansar Dine. un homophone qui gêne le lien avec le prédicateur. Il lui a fallu de nombreux contacts pour dissiper le malentendu, qui a conduit à la mise sous surveillance des membres de l’organisation Haidara.

Expert des aspects sociaux et politiques de l’islam, le sociologue Gilles Holder note qu’Ansar Dine est un terme fréquent pour désigner les organisations islamiques. Depuis lors, le djihad d’Iyad ag Ghali n’a cessé d’être dénoncé par le chérif Ousmane Madani Hadara.

3. Menaces de mort
Haidara a déclaré en 2012 : « Nous n’avons rien à voir avec les Ansar Dine du Nord. Nous abhorrons les mains qu’ils ont coupées. Nous rejetons leur islam. C’est l’intention de Dieu que les musulmans, les chrétiens et les non-croyants coexistent pacifiquement avec nous. a toujours encouragé la discussion plutôt que d’aller au combat pour imposer la charia.Ses dénonciations répétées du jihad et la campagne brutale des Touareg Iyad ag Ghali lui ont valu des menaces de mort à partir de 2012.

4. Charia 
Le chef religieux s’oppose ouvertement à l’imposition de la charia sur tout le Mali si les adhérents de Hadara prêtent le baya, un serment de fidélité au prophète. La loi islamique est connue sous le nom de charia. Tout le monde au Mali est conscient de l’existence des musulmans, des chrétiens, des juifs et des non-croyants. Comment peut-il [NDLR : Iyad Ag Ghaly, le chef d’Ansar Dine] introduire la charia et son nouvel islam aux Maliens ? En 2012, il a déclaré : « Le Mali est une république laïque. Nous ne sommes pas d’accord avec la charia d’Iyad et nous refusons.

 

8

Partagez:

Dix choses à savoir sur l’influent prédicateur malikite Chérif Ousmane Madani Hadara du Mali

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires