Décès de Mah Kouyate N°2 : La djaliya pleure la perte d’un symbole vertueux voué à la voie ancestrale

Partagez:

Décès de Mah Kouyate N°2 : La djaliya pleure la perte d’un symbole vertueux voué à la voie ancestrale.

Le lundi 7 novembre 2022, Mah Kouyaté N°2 (de son vrai nom Djéli Farima) est décédé à l’âge de 46 ans. (né le 1er janvier 1976 à Bamako). Hier (8 novembre 2022), ses obsèques ont eu lieu devant un grand nombre de proches et de fans. La nouvelle de cette disparition « soudaine » a provoqué un déferlement de témoignages sur les réseaux sociaux. Tout au long de son illustre carrière, Konaté Mah Kouyaté a été une chanteuse/artiste modèle qui, malgré la notoriété de ses œuvres, a su garder humilité, respect, dignité et moralité… La djaliya a perdu son image morale, portée par une grande volonté de contribuer à la continuité des traditions des griots mandingues.

Comme le regrette tant Me Mamadou Ismala Konaté, « une merveilleuse diva de la musique mandingue a désormais cessé de chanter ! Elle ne chantera plus les valeurs d’amour, de pardon, de connaissance et d’amitié ! Elle ne conversera plus avec ses djatguiw ni ne vantera leurs louanges ! Ainsi, le célèbre avocat et ancien ministre de la Justice a rendu hommage à Mah Kouyaté N°2, décédé des suites d’une maladie le 7 novembre 2022, à l’âge de 46 ans.

Avec une trentaine d’œuvres (dont onze albums) à son catalogue de 1996 à sa mort, la parution de chaque album de Mah était une occasion. Et ce sont des œuvres ou des chansons qui ont connu un succès extraordinaire en leur temps.

Icône de la djaliya (ou djéliya), Mah a navigué magnifiquement entre tradition (éloge de ses diatiguiw/nobles) et un style purement artistique avec des titres très engagés dénonçant les travers de notre société (méchanceté gratuite, égoïsme, hypocrisie, trahison…) ou célébrant des valeurs, des vertus… dont la fraternité, la solidarité, la bravoure, l’amour du prochain, la fidélité…

Elle a toujours adhéré aux principes de vocation et de caste en digne héritière de Fanta Kamissoko (sa mère), Mariam Kouyaté (mère de Madou Sidiki Diabaté), Siramory Diabaté, Nanteninblen Kamissoko, Manamba Kamissoko, Fanta Damba, Bako Dagnon, Tata Dramé, etc Mah n’a jamais cédé aux aléas de l’époque, au bling-bling et à la compétitivité stérile qui ont forcé nombre de jeunes cerises/artistes à rejeter les valeurs traditionnelles de leur famille, malgré sa voix merveilleuse et son énorme talent.

« Talentueuse, gentille, humble et accessible, elle entre dans les rangs des grandes voix de la musique mandingue, ses sœurs aînées et mères, Mah Damba, Nanteninfing Kamissoko, Bako Dagnon, Tata Bambo… Au-delà de tout et éloigné des bagarres et des querelles des réseaux sociaux, Mah Kouyaté était un saint chanteur et détenteur d’un label musical mandingue historique, comme le disait l’animateur culturel et critique Mory Touré. En dehors de cela, elle a su garder la lumière djaliya allumée au nom de sa génération, à l’abri des routes sinueuses de la perte et de la laideur…

De plus, la défunte était une mère assignée (mère de quatre filles) et une épouse assignée dans le ménage. Ce qui n’étonne pas le personnage de la Reine de « Madan Fôly ». Et particulièrement pour ceux qui savent qu’elle est la fille d’Alpha Kabiné Kouyaté et Fanta Kamissoko, qui a sacrifié sa vie à Bamako le 1er janvier 1976. Issu d’une famille de griots, d’un père guitariste virtuose et d’une mère à la voix sublime (stars du genre Apollo qui ont parcouru le Mandé avec succès), Mah N°2 baigne dans le folklore et l’art musical dès son plus jeune âge.

Frustrée par le manque de reconnaissance nationale pour sa contribution significative à la musique malienne, son dévouement à la patrie s’est renforcé.

Lors des 10 ans de l’ORTM, l’incroyable cerise/artiste est sortie de l’ombre avec le single « Mayéléma ». Mais avec les deux volumes de « Sumu », Mah Kouyaté a véritablement captivé le cœur des mélomanes maliens (le premier en 2005 et le second en 2006). Deux compositions qui ont duré au sommet des charts FM pendant de nombreuses années. Le premier volume de son album « Greatest Hits » a fait sensation en septembre dernier (Camara Production). Déjà en 2017, ses followers et passionnés de musique avaient accès à « Badenya » (Ben BD International Production) pour commémorer 10 ans d’une carrière très réussie. Nous lui devons l’une des plus belles interprétations de la ballade emblématique « Mali Sadio ». D’ailleurs, qui mieux que Mah N°2 peut célébrer l’amour avec cette voix magnifique sans excès par humilité et sans succomber à l’obscénité provocatrice des divas autoproclamées d’aujourd’hui ?

Selon un témoignage familial, Hadja Konaté Mah Kouyaté a terminé sa carrière de chanteuse le 15 juillet 2022 avec son fils aîné et homonyme, Mah Kouyaté n°1. Néanmoins, ses millions de followers dans le monde anticipaient son retour sur scène. Ils n’avaient aucune idée que c’était le dernier discours de leur idole.

Malgré sa grande carrière et son dévouement aux causes morales (éducation, libération des femmes, paix et cohésion sociale, etc.), Mah n’a jamais reçu l’acclamation nationale qu’elle aurait amplement méritée. Elle est partie frustrée. Même si, pour elle, le plus important a toujours été de contribuer au rayonnement culturel de la nation en ravissant ses admirateurs, en les sensibilisant et en les réconciliant avec les principes qui ont toujours été le fondement de notre civilisation.

Mah, chanteuse douée et exceptionnelle au « ton de voix unique » et réputée pour sa maîtrise des tariks mandé, reste une icône de la musique malienne et mandingue et l’une des plus grandes chanteuses de tous les temps. Sans sommation, l’honorable héritière de Balla Fasséké Kouyaté a tiré sa révérence avec fierté et dignité ! Elle a eu une vie modeste et est partie dans le plus grand secret ! C’est une autre femme merveilleuse !

Elle a déclaré dans « Soumba » que « la mort met fin à toutes les relations » (Saya bè délibè ban). Repose en paix, magnifique chanteuse et reine incontestée de Madan Fôly ! Miri mayin ! Mais tu vivras pour toujours dans nos esprits et nos cœurs ! Hadja Mah, que Dieu t’accorde une demeure perpétuelle à Djanatou Firdaws ! Amen!

 

5

Partagez:

Décès de Mah Kouyate N°2 : La djaliya pleure la perte d’un symbole vertueux voué à la voie ancestrale