La junte obtient la levée des sanctions économiques de la CEDEAO

Partagez:

La junte obtient la levée des sanctions économiques de la CEDEAO

La junte militaire du Mali a attisé les sentiments nationalistes en réussissant à pousser les dirigeants ouest-africains à mettre fin au blocus économique imposé au pays à la suite d’un coup d’État, écrit l’analyste régional Paul Melly.

En échange de la fixation d’une date ferme pour les élections de février 2024, le régime malien a obtenu la fin des sanctions imposées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Pour les Maliens, en particulier la population urbaine de la capitale, Bamako, qui consomme davantage de produits importés, la levée des sanctions est certainement une bonne nouvelle.Bien que ces mesures n’aient pas été conçues pour freiner l’approvisionnement en produits de première nécessité, dans la pratique, elles ont constitué une pression supplémentaire pour les commerçants et les familles qui luttaient déjà pour faire face à la hausse des prix mondiaux des céréales et des carburants, provoquée par la résurgence de la demande mondiale après la pandémie puis l’attaque russe contre l’Ukraine.

Les sanctions ont été imposées en janvier après que la junte, qui s’est emparée du pouvoir l’année dernière, a annoncé un retard de quatre ans dans la transition vers un régime civil élu. Elle a maintenant ramené cette transition à moins de deux ans, les élections devant commencer en février 2024. Cette décision a été acceptée par les dirigeants de la CEDEAO lors de leur sommet qui s’est tenu à Accra, la capitale du Ghana, ce week-end.

L’intimidation des voisins

Il s’agit d’un succès significatif pour le régime malien, mais aussi d’un énorme soulagement pour la CEDEAO, qui est de plus en plus considérée par de nombreux Maliens, et par beaucoup d’autres dans la région, comme un club de présidents suranné qui adopte une ligne dure contre les militaires putschistes, mais qui néglige ses propres fautes.

Les dirigeants militaires du Mali et le Premier ministre Choguel Maïga ont habilement joué sur ces perceptions populaires pour se présenter comme les défenseurs du peuple contre des voisins tyranniques, qui n’ont pas su apprécier la nécessité d’un changement radical dans un pays dont l’élite traditionnelle était soi-disant pourrie par la corruption et la complaisance.

Au cours des six derniers mois, chaque message ferme de la CEDEAO, de l’Europe ou des Nations unies a été accueilli par une réponse nationaliste et provocante de Bamako.

À la mi-mai, le régime a annoncé que le Mali quittait le bloc du G5 Sahel, créé en 2014 pour coordonner un effort commun des armées sahéliennes dans la lutte contre les groupes djihadistes.

Le régime a maintenu sa collaboration avec l’entrepreneur de sécurité russe Wagner, malgré les allégations de Human Rights Watch et d’autres organismes concernant des abus généralisés contre les civils.

La rupture de ses relations a conduit la France et d’autres pays européens à annoncer le retrait des troupes qu’ils avaient déployées pour combattre les groupes djihadistes, un processus qui s’achèvera avec le départ du dernier contingent de la force française Barkhane le mois prochain.

Entre-temps, le régime de Bamako a imposé des restrictions de plus en plus strictes aux opérations de la force de maintien de la paix des Nations unies, connue sous son acronyme Minusma, refusant à ses enquêteurs un accès local pour enquêter sur les crimes signalés, tels que le massacre présumé par l’armée et Wagner d’environ 300 personnes dans le village de Moura fin mars.

Pourtant, même si le Mali est devenu plus défiant, il a progressivement limité son agenda politique, s’orientant vers quelque chose que la CEDEAO pourrait accepter.

Une série de coups d’État

Les dirigeants ouest-africains étaient initialement prêts à faire preuve d’une certaine flexibilité. Leur envoyé pour la crise malienne, l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, a poursuivi ses visites à Bamako dans le cadre de la diplomatie de la navette.

Cependant, la CEDEAO a estimé qu’elle devait s’opposer à l’accélération de la vague de coups d’État militaires dans une région qui, jusqu’à récemment, pouvait se targuer d’être dirigée par des gouvernements élus dans le cadre de véritables systèmes multipartites.

Le coup d’État d’août 2020 au Mali a été suivi d’un second putsch en mai de l’année dernière. Puis, en Guinée, en septembre, le colonel Mamady Doumbouya a renversé le président Alpha Condé, de plus en plus autocratique.

Les dirigeants ouest-africains ont conclu que cela était suffisant pour justifier la levée des sanctions. Et pour eux, il y a un autre gros point positif.

Cet accord de compromis ouvre la voie à un retrait progressif de la confrontation préjudiciable avec un régime de Bamako nationaliste et défensif et à un rétablissement progressif des relations normales de coopération entre le Mali et ses voisins – dont la région a tant besoin pour faire face à la crise du Sahel.

Dans le même ordre d’idées, la CEDEAO est également parvenue à un accord avec la junte militaire du Burkina Faso sur un calendrier de transition vers la démocratie, avec un retour à un régime civil en juillet 2024.

La CEDEAO espère que ces précédents encourageront le régime militaire guinéen à suivre cet exemple. Elle a choisi l’ancien président béninois Thomas Boni Yayi comme médiateur, pour tenter de négocier un accord avec le régime de Conakry.

(Visited 1 times, 1 visits today)
Partagez:

Articles Simulaires

Partager
Partager