Je n’ai cessé de ravaler mes envies de divorce pendant les derniers mois, tentant de me persuader que les choses iraient en s’arrangeant, que mes sentiments reviendraient

Partagez:

Je n’ai cessé de ravaler mes envies de divorce pendant les derniers mois, tentant de me persuader que les choses iraient en s’arrangeant, que mes sentiments reviendraient

“Se séparer, c’est aussi renoncer à une organisation de la vie quotidienne ou à un confort matériel supérieur à celui qu’impliquerait une séparation”, commente la psychiatre. Quand l’un des membres du couple a un petit salaire ou ne travaille pas, la perspective de devoir s’assumer financièrement, de chercher un nouvel emploi, un nouveau logement, voire de se payer un avocat dans le cadre d’un divorce, sont autant d’éléments qui n’incitent pas à rompre avec sa tendre moitié. Et quand il ne s’agit pas d’argent, ce sont souvent les enfants et la crainte de voir la séparation du couple les affecter, notamment lorsqu’ils sont encore jeunes, qui constituent un frein important à la séparation.

“Ayant moi-même souffert du divorce de mes parents, j’étais terrifiée à l’idée de faire vivre ça à mes propres enfants, moi qui m’étais jurée de ne jamais reproduire le schéma familiale.” raconte Alice4, 33 ans. “Je refusais de me faire rattraper par mon passé en quelques sortes. Du coup, je n’ai cessé de ravaler mes envies de divorce pendant les derniers mois, tentant de me persuader que les choses iraient en s’arrangeant, que mes sentiments reviendraient… », se souvient-elle. Une forme d’orgueil mal placé l’empêchant d’admettre ses erreurs passés qui, doublée du confort d’un quotidien routinier, contribuent à mettre un voile sur les difficultés de couple rencontrées.

(Visited 1 times, 1 visits today)
Partagez:

Articles Simulaires

Partager
Partager